s

Nullam id dolor id nibh ultricies vehicula ut id elit. Aenean eu leo quam. Pellentesque ornare sem lacinia quam.

732/21 Second Street, Manchester,
King Street, Kingston United Kingdom

(65)323-678-567
(65)323-678-568
info@photographytheme.com

Pi Fb In Fl

Poligniano a Mare, du crépuscule à l’aube

Photographies argentiques.
Année 2018.

 

Voir enfin la beauté des Pouilles après deux jours de marche en plein soleil.
Le soleil. La mer. La pierre.
Et tant de douceur.
Cette douceur, c’est celle d’un réveil au lever du soleil, encore emmitouflée dans mon duvet, les joues et le nez tout frais de la nuit passée au bord de l’eau. Cette douceur, c’est celle de la mer, si calme à cette heure là. Du doux bruits des vaguelettes qui viennent caresser les galets à quelques mètres du bout de mon duvet. Des premiers oiseaux qui passent au dessus de ta tête dans un battement d’ailes. Laissant de tout petits cris si jolis. Cette douceur, c’est celle du monde encore silencieux, qui sort doucement de sa nuit. Celle de la vie qui revient toujours. Celle que l’on ressent lorsque l’on vit au rythme du Soleil, et de la Terre qui s’éveille. Celle que j’ai vécu pendant dix jours, dans la douceur de l’Italie. Une douceur qui baume les galères de la veille, à lutter sous l’écrasant soleil de la journée, à ne plus sentir ses jambes, et marcher chaque soir jusqu’à 2h pour trouver un endroit où poser son duvet. C’est celle qui, pendant dix jours, baume le manque de sommeil, et qui, à chaque petit matin, remet les compteurs à zéro et donne la sensation d’être là pour la plus belle des raisons. Celle qui te rappelle, consciemment, que tous les matins du monde sont sans retour. Et qui te fait savourer chaque instant, reconnaissante d’être vivante, et de pouvoir, une fois de plus, sentir les embruns, et la chaleur si douce, si belle, si réconfortante, du soleil qui se pose sur ma peau.
Il est 5h30, bientôt 6h.
J’ouvre les yeux vers le ciel.
Le jour se lève.
J’entends la mer.
Je tends les bras hors de mon duvet, je m’étire, et respire.
Je me redresse doucement, je regarde l’eau.
Le monde est si beau.
Je prends mon appareil photo, prêt de la veille. J’arme ma pellicule. Et je capture ce réveil.
Je le repose et reste assise là pendant une heure, avant ma première baignade matinale.
C’est un matin dans les Pouilles. Avec tout ce que j’aime.
Et puis il y aura ces criques, ces pierres.
Les nages dans l’eau bleue.
Et cette fille au maillot bleu au bord de l’eau.
Bienvenue à Poligniano.

 
 

You cannot copy content of this page. This content is protected with copyrights © Sophie ODDO 2020.